Questions – réponses

La géothermie en général

La géothermie est-elle une énergie renouvelable ?

Oui car elle ne dégage pas de substances polluantes et elle permet de fournir de l’énergie avec très peu d’émissions de CO2, liées en majeure partie à la phase de forage.

Est-ce que la géothermie ne sert qu’à produire de la chaleur ?

Non, la géothermie – soit l’exploitation de la chaleur du sous-sol – a un spectre très large d’utilisations et d’utilisateurs/trices. Elle sert à chauffer, rafraîchir et produire de l’électricité. Elle est aussi très intéressante pour stocker des calories dans le sous-sol. Elle peut être utilisée par un particulier (pompe à chaleur pour une villa), un quartier, une ville, dans les procédés industriels et dans l’agriculture. En milieu urbain, elle est généralement utilisée en combinaison avec d’autres technologies et/ou sources de chaleur renouvelables pour chauffer et rafraîchir. Dans le cadre du projet GEOOL, la géothermie de type hydrothermal servira au chauffage et à l’eau chaude des bâtiments.

Est-ce que cette énergie est rentable ?

Utilisée à bon escient, la géothermie ne coûte pas plus cher que les autres énergies renouvelables pour la production de chaleur. Lorsqu’on produit de la chaleur à l’échelle d’un quartier ou d’une ville, la géothermie doit être utilisée un maximum d’heures pour être intéressante. Il faut donc viser une densité forte pour les réseaux de chaleur afin de diminuer les coûts de distribution de la chaleur. D’où la nécessité de procéder à des forages en ville. Dans les marchés à maturité tels que le bassin parisien, le prix de la chaleur est très bas. De manière plus générale, l’évolution tarifaire du chauffage à distance basé sur des énergies renouvelables et de récupération sera largement inférieure à l’augmentation escomptée des coûts des combustibles fossiles dans les trente ans à venir.

La géothermie dans l’Ouest lausannois et le projet GEOOL

Pourquoi faire de la géothermie dans l’Ouest lausannois?

La campagne de prospection géophysique effectuée par les SiL en 2016 a démontré que les couches d’intérêt géothermique sont plus proches de la surface dans l’Ouest lausannois, ce qui a été confirmé par la seconde campagne menée en 2023 par GEOOL et les SiL. Cela implique des processus plus simples et moins chers, car nécessitant d’aller moins en profondeur. A noter également que la densité de population est plus élevée à l’ouest qu’à l’est et que les réseaux de chauffage à distance sont particulièrement avantageux d’un point de vue économique dans les zones les plus peuplées.

Pourquoi faire des forages en milieu urbain?

La chaleur étant difficile à transporter, la géothermie est rentable si elle est déployée à proximité des utilisateurs/trices. Dans le cadre de GEOOL, l’objectif est d’injecter la chaleur géothermique dans le réseau de chauffage à distance des SiL (Services industriels de Lausanne), de CADOUEST (Prilly, Renens, Lausanne), d’ECUCAD (Ecublens) et de CRICAD (Crissier).

Y a-t-il des risques?

Dans le cadre du projet GEOOL, il s’agit de géothermie hydrothermale impliquant d’effectuer des forages entre 1500 et 2500 m au de profondeur, pour aller chercher de l’eau chaude naturellement présente dans les roches (aquifères). Il n’y a donc pas de risque sismique lié à l’utilisation d’une stimulation artificielle (injection d’eau à forte pression). La géothermie hydrothermale est parfaitement maîtrisée et largement répandue dans le monde et en Suisse aussi. Elle utilise des techniques semblables à celles utilisées pour la valorisation des sources d’eau potable. Comme dans tout chantier, des risques sont possibles (quoique peu probables) mais maîtrisés.

Y aura-t-il des nuisances pour la population?

Lors de la campagnes de prospection géophysique, le passage des deux camions vibreurs, généralement de nuit, peut être perçu par le voisinage proche durant quelques minutes, du fait du bruit des moteurs et des vibrations. Durant les phases de forage qui durent 6 mois maximum, les chantiers 24h/24 provoquent des nuisances sonores et lumineuses, à l’instar de tous travaux en ville.

Est-ce qu’il sera facile d’intégrer cette énergie dans le réseau de chauffage à distance actuel?

Oui, les développements prévus du chauffage à distance (CAD) permettront de trouver des sites géologiquement favorables pour des forages géothermiques et qui seront proches des conduites CAD, ce qui impliquera un faible coût pour intégrer la géothermie au système existant.

Y a-t-il de la place en ville pour accueillir les installations techniques de surface?

La géothermie est l’une des énergies renouvelables qui utilisent le moins de surface au sol. C’est normal puisque la ressource se trouve en sous-sol. Le chantier de forage qui dure de 3 à 6 mois implique une emprise au sol entre 5000 et 10’000 m2. En phase de production, il faut compter un terrain de 1000 à 2000 m2 pour installer l’échangeur de chaleur et la pompe à chaleur (PAC).

Combien le projet GEOOL va-t-il coûter?

Le coût complet du projet se monte à 73’000’000 CHF, sur la base de deux sites de production d’énergie géothermique. Le financement est assuré par les trois partenaires de GEOOL. Les mesures de soutien de la Confédération devraient s’élever à 26’000’000 CHF. Des soutiens pourraient être accordés par le Canton de Vaud pour la réalisation des bâtiments en surface.

Que se passe-t-il si on ne trouve pas la ressource espérée?

Le programme de GEOOL va permettre de procéder pas à pas. Les données récoltées lors du premier forage exploratoire permettront d’affiner les pronostics. Les différentes étapes prévues sont amenées à être revues à mesure de l’acquisition de nouvelles données et de l’amélioration des connaissances du sous-sol.

Pourquoi entreprendre une campagne 3D après les campagnes 2D?

Les campagnes 2D entreprises en 2016 et 2023 ont permis de récolter les données nécessaires pour choisir un site pour un premier forage exploratoire. Celui-ci est destiné à confirmer la présence d’eau chaude circulant naturellement dans le sous-sol et de préciser sa température et son débit.

Parallèlement à la réalisation de ce forage, une campagne 3D est menée dans toute l’agglomération lausannoise et même au-delà. Elle va permettre d’affiner les connaissances grâce à une image tridimensionnelle du sous-sol afin de planifier les prochains forages du programme d’exploration géothermique.

La société GEOOL SA

Pourquoi avoir créé une société privée pour réaliser ce projet?

L’objectif principal est surtout d’associer dans ce projet les fournisseurs d’énergie des communes concernées. Le capital-actions de GEOOL est ainsi détenu à hauteur de 50% par les Services industriels de Lausanne, 30% par Romande Energie (majoritairement en mains publiques) et 20% par le Service Intercommunal des Energies (appartenant aux communes de Chavannes-près-Renens, Crissier, Ecublens et Renens).  Ce partenariat permet aussi de partager les opportunités, de mutualiser les compétences et les risques financiers, et de développer d’autres projets en lien tels que le développement de réseaux de chauffage à distance.

GEOOL SA collabore-t-elle avec EnergeÔ qui mène aussi une campagne de prospection?

EnergeÔ mène plusieurs campagnes de prospection sur La Côte pour son propre compte et ses projets dans la région Aubonne-Etoy-Morges. Six communes de la région morgienne sont concernées autant par la campagne de GEOOL SA que celle d’EnergeÔ. C’est pourquoi – et pour autant que le planning des procédures d’autorisation respectives le permette – les deux entités ont décidé de collaborer afin de passer une seule fois avec les camions vibreurs de la société Geo2x. Cette synergie permettra de limiter les nuisances pour la population et d’optimiser les ressources investies.

D’autres questions ?

Vous n’avez pas trouvé la réponse à votre question dans la liste ci-dessus ? N’hésitez pas à nous écrire pour nous la poser. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais !